Exposition : JARDINS Isabelle d'Assignies

DU 13 AVRIL AU 9 JUIN 2013

 


Portrait abstrait III, 2012-2013. Végétaux, cire d'abeille, peinture et bois.
57 x 100 x 8 cm (photo William Doumerg)

Isabelle d'Assignies

Isabelle d'Assignies est née en 1958 à Saint-Etienne. Après sa sortie de l'Ecole des Beaux-Arts de Mâcon, en 1981, elle travaille des sculptures figuratives en terre de grès ainsi que des céramiques, qui, dans l'euphorie des années 1980, rencontrent tout de suite un certain succès. En 1987, un accident d'atelier vient bouleverser son travail. Une nuit de février, le gel fait exploser toutes les sculptures en attente de cuisson dans l'atelier. Au matin, I. d'Assignies découvre toutes ses oeuvres figuratives éclatées, décomposées en strates, révélant une matière fantastique... ce qui amène l'artiste à se rendre compte que la figuration, la forme figurative, l'ont tenue éloignée de la matière. Cet accident d'atelier est un point de rupture. Dès lors, elle décide de poursuivre la direction où le hasard l'a dirigée... elle interrompt toutes ses expositions, afin de poursuivre librement des sculptures réalisées avec la matière, la nature, le temps et le hasard...

 




Liens/10. 2003-2006.   
Noyaux de prunes, cire d’abeille, peinture, ficelles et lames de plancher. 146 x 20 x 12 cm.   
Collection Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole


Ce chemin de traverse solitaire va durer sept ans. En 1994, I. d’Assignies reprend les expositions, avec un travail non figuratif dans lequel elle rend visible l’accidentel, elle pérennise l’éphémère. Son travail commence par la collecte de végétaux, racines, minéraux, bois… qui sont ramassés dans la nature, et mis à dessécher ensuite dans l’atelier, puis enduits de cire d’abeille, de paraffine, de plâtre, de peinture acrylique blanche, parfois de bronze... De multiples couches de cire et de peinture recouvrent l’objet naturel initial, créant comme une peau, une pétrification, conférant à l’œuvre une étrangeté, parfois une légèreté, le situant dans un ailleurs différent de son environnement naturel habituel. Les œuvres ainsi réalisées sont suspendues par des fils de nylon transparents ou bien fixées dans des boites d’entomologiste, ou sur des supports en bois, parfois sur des lames de plancher, ou accrochées aux murs.
Il ne s’agit pas d’un travail écologique, mais plutôt d’une mise hors du temps, « un temps arrêté » dit Jacques Beauffet.
Bernard Ceysson parle, dans le catalogue Still Life II « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », de « "réalités" blanches, embaumant les fruits de la terre sous des couches de cires astringentes et thérapeutes… » Et il évoque « la force et l’évidence de telles œuvres qui ne sont pas des natures mortes, mais bien des "vies tranquilles", dans le toujours de leur suspens dans le temps… »

Après 30 ans dans la Loire, l’atelier d’Isabelle d’Assignies est maintenant installé à Saint-Anthème, dans le Puy-de-Dôme. 

L'exposition Jardins présente les dernières étapes de sa recherche.



Romarin  / 1, 2000-2007.  Romarin, cire d’abeille et peinture.  
211 x 126 x 56 cm


Vernissage le samedi 13 avril 2013 à 11h.



Le travail d'Isabelle d'Assignies est soutenu par Corinne Lempen Bret de la Galerie l’Antichambre à Chambéry.


Un projet d’exposition personnelle au MAM de Saint-Etienne est en cours actuellement avec Lorand Hegyi, directeur du Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole.

Une exposition proposée par la Commission Culture de la Ville de Grignan. 


Ville de Grignan
www.ville-grignan.fr





Dossier de presse, en consultation ou téléchargement ici.



Guide du visiteur, en consultation ou téléchargement ici